Recherche dans ce site :
RSS
CCBG/ JournalJournal de la CCBG
CCBG/ Fêtes et manifestationsFêtes et manifestations
CCBG/ Les derniers articlesLes derniers articles

Ce site a été réalisé grâce au concours financier européen par l'intermédiaire du programme Leader +.


Site optimisé pour Internet Explorer 7, Opera 9.62 et Firefox 3
Les Hommes (page 2)

Un territoire avec des jeunes et des seniors

Population par tranches d'âge
Fait remarquable pour un territoire rural, l'indice de jeunesse de la population de Beauce et Gâtine, c'est à dire la proportion des moins de vingt ans par rapport aux plus de soixante ans, reste quasiment stable d'un recensement à l'autre, selon une proportion de neuf jeunes pour dix seniors. Sur les autres territoires de référence, les communes rurales et le département, l'indice chute, illustrant un vieillissement démographique.

Autre fait remarquable, l'indice de jeunesse du territoire beauceron est légèrement supérieur à celui du département (0,91 contre 0,88) ainsi qu'à celui des communes rurales du Loir-et-Cher (0,91 contre 0,85). Pour 100 seniors, les espaces ruraux accueillent en moyenne 85 jeunes, Beauce et Gâtine en accueillent six de plus.

L'évolution de l'indice de jeunesse illustre le vieillissement et l'insuffisance du renouvellement de la pyramide des âges du département. Entre 1990 et 1999 il baisse à un rythme annuel de -1,8%. En 1990, pour 100 seniors, il y avait 103 jeunes. Neuf ans plus tard, il n'en reste plus que 88. Soit, en valeur relative, une perte de 15 jeunes qui : 1) ne sont pas nés, 2) ne sont pas venus s'installer dans le Loir-et-Cher, 3) ont quitté le département. L'observation des chiffres bruts du recensement confirme l'analyse : en 1990 il y avait 77 370 jeunes de moins de 19 ans contre 72 651 en 1999, soit 4 719 jeunes en moins.

Alors que sur les autres territoires les effectifs jeunes sont en baisse, en Beauce et Gâtine, ils se maintiennent. Ils progressent même légèrement et passent de 1 514 jeunes de moins de 20 ans en 1990 à 1 518 en 1999. Cette stabilité se reflète dans la structure de la pyramide des âges. En Beauce et Gâtine, les jeunes représentent près du quart de la population, contre 23,1% en moyenne dans les communes rurales et le département (soit une différence de 1,6%). Toutefois, la stabilité des effectifs cache un poids des jeunes dans la pyramide qui baisse. En 1990 ils représentaient 25,3% de la population de Beauce et Gâtine contre 24,7% en 1999, soit un fléchissement de -0,6% sur neuf ans. La chute est trois à quatre fois plus importante dans les communes rurales (-1,8%) et le département (-2,2%). Ces différences de structurelle et de dynamique confirment l'image jeune du territoire beauceron.

Parallèlement, les plus de 75 ans représentent 11,1% de la population beauceronne, contre 10% dans les communes rurales et 10,1% dans le département. Toutefois cette sur-représentation est atténuée en intégrant la tranche des 60 à 74 ans. A l'inverse, la tranche des 40 à 59 ans est sous-représentée (-2% par rapport aux communes rurales).

L'observation des valeurs absolues des deux derniers recensements montre que les effectifs des seniors (plus de 60 ans) sont restés quasiment stables (de 1681 à 1676 personnes) en Beauce et Gâtine alors qu'ils progressaient de +6,9% dans les communes rurales et de +10,5% dans le département.

Comparée aux autres territoires, la pyramide des âges de Beauce et Gâtine est légèrement plus large à sa base et à son sommet, tout en présentant un ventre plus resserré. En dynamique, entre 1990 et 1999, sa base et son sommet restent relativement stables alors que son ventre se gonfle du bas vers le haut (des 20-39 ans aux 40-59 ans).  Les autres territoires connaissent le même phénomène de déformation abdominale, mais surtout leur base se rétrécit et leur sommet s'élargit.

Famille et ménages

Au cours des dix dernières années, on observe une diminution de la taille des ménages sur le territoire de Beauce et Gâtine, avec une baisse plus importante sur le canton de Selommes. La taille des ménages dans la communauté reste néanmoins supérieure à celles des communes rurales du Loir-et-Cher et à celle de l'ensemble du département. Cette diminution est à mettre en relation avec la proportion importante des ménages composés d’un couple sans enfant ou d’une seule personne.

Cet indicateur reflète un phénomène de décohabitation qui s'explique notamment par le souhait chez jeunes populations d'accéder à un logement autonome, mais aussi par la divortialité. Il traduit des besoins endogènes en logements importants, même en l'absence de toute croissance de population.

En Beauce et Gâtine, dans plus d'un ménage sur deux (57%) la personne de référence a une activité professionnelle. Cette proportion est assez équivalente à celles des autres territoires, notamment les communes rurales.

Les ménages retraités constituent la catégorie sociale la plus fréquente : dans près de deux ménages sur cinq, la personne de référence est retraitée. La proportion est un peu moins importante dans l'ensemble du département où 37,2% des ménages sont retraités, soit un écart de 2,5%.

Viennent ensuite les ménages dont le chef de famille est ouvrier (près d'un ménage sur quatre), puis les professions intermédiaires (9,7%), les agriculteurs exploitants (7,8% des ménages), les employés (6,8%), les artisans, commerçants et chefs d'entreprises (6,1%).

La sur-représentation des ménages agriculteurs constitue une spécificité importante de la Beauce et Gâtine. Le poids de cette catégorie est près de deux fois plus important sur ce territoires que dans les autres espaces ruraux : 7,8%, contre 4,6%. Dans les représentations courantes, le territoire de Beauce et Gâtine reste très marqué par l’agriculture alors que dans les chiffres, les ménages d'agriculteurs n'arrivent qu’en 4ème position. Cette catégorie devrait encore diminuer dans les années qui viennent en raison de la baisse déjà bien entamée du nombre d’exploitations agricoles et en particulier la disparition des exploitations de petite taille.

Le très faible pourcentage de cadres et professions intellectuelles témoigne du peu d’industries présentes sur le territoire.

La répartition géographique des 2 360 ménages reflète celle de la population : 72% habitent une commune du canton Saint-Amand-Longpré, 28% une du canton de Selommes.


En Beauce et Gâtine, le modèle du couple caractérise 73% des ménages contre 60% au niveau national. Les communes rurales et le département du Loir-et-Cher affichent en moyenne une proportion légèrement inférieure à celle du territoire beauceron, respectivement 70,8% et 64,5%.

À l'inverse, les ménages d'une personne sont relativement moins fréquents et ne concernent que deux ménages sur dix en Beauce et Gâtine, contre trois sur dix au niveau national.

La sur-représentation des couples et la sous-représentation des solos s'expliquent en partie par un double mouvement migratoire. D'une part l'arrivée de ménages rurbains quittant les pôles urbains tout en continuant à y travailler et venant s'installer dans des communes rurales sous faible influence urbaine. Traditionnellement ces ménages sont jeunes, vivent en couple avec enfants et parmi eux les ouvriers et les professions intermédiaires sont sur-représentées. Leurs motivations principales étant l'accession à la propriété dès la vie en couple (d'où la sur-représentation des couples sans enfant) et la recherche d'espace à partir du deuxième enfant. La proportion des couples avec un enfant est équivalente sur les trois territoires : 11,6% en Beauce et Gâtine, 12,4% dans les communes rurales, 11,5% dans le département.

D'autre part, on continue à observer le départ de jeunes solos ruraux, quittant les espaces ruraux pour venir s'installer en ville. Les hommes seuls de 20 à 39 ans ne constituent que 1,9% de la population de Beauce et Gâtine, contre 2,8% pour la moyenne des communes rurales et 4,2% pour l'ensemble du département. La proportion des jeunes femmes seules vivant à la campagne est encore plus faible : respectivement 1,4% et 1,1% contre 2,8% en moyenne dans le Loir-et-Cher.

Enfin, les couples bi-actifs sont particulièrement représentés en Beauce et Gâtine : 34,5% des ménages contre 33% en moyenne dans les communes rurales et 28,9% dans le département.

En représentant un ménage sur trois, le modèle du couple bi-actif, sans enfants ou avec au moins deux enfants constitue donc une spécificité du territoire de Beauce et Gâtine.

La Beauce et Gâtine est fortement marquée par la présence de couples sans enfants et de ménages d’une personne, de plus et de moins de 60 ans.

La composition et la structure des ménages de part le nombre important de couples sans enfants, de ménages d’une personne et de couples sans actifs, témoignent de l’importance de la population âgée.

Suite...